www.europia.fr.st
MYTHOLOGIE GRECQUE
      Accueil Forum Contact Liens      
News
Histoire sans fin...

Menu 1
Dieux & Déesses
- Zeus
- Aphrodite
- Apollon
- Héra
- Héphaïstos
- etc...
Monstres
- Bélier
- Cerbère
- Chimère
- Echidna
- Hydre de Lerne
- Orthros
- Sphinx
- Typhon
- etc...

Menu 2
Ecrivains
- Marie Delcourt
- Paul Diel
- etc...
Présocratiques
- Anaximandre
- Anaxagore
- Empédocle
- etc...
 

 

Trépieds

 

Le trépied, par le nombre trois, est l'image du feu et du ciel ; non pas le ciel dans son unité transcendante et immobile, mais le ciel dans son dynamisme et se communiquant, tandis que le nombre quatre désigne la terre ; la forme de coupe ou de cercles, qui surmonte généralement le trépied, confirme cette interprétation.

1 – Le trépied sacré était lié à la proclamation des oracles : il manifestait les volontés des dieux. L'oracle de Delphes ordonna à Coroebas de prendre un trépied dans le sanctuaire, de s'en charger, de marcher jusqu'à ce que le trépied tombe de ses épaules : en ce lieu, choisi par les dieux, il fonderait une ville ; telle serait l'origine de Mégare.

Héphaïstos était le grand spécialiste de la fabrication des trépieds sacrés ; il en forgera de si extraordinaires qu'ils étaient capables d'aller tout seuls dans la demeure des dieux et d'en revenir. Symbole de la participation aux secrets des dieux, dans lesquels on peut entrer et que l'on peut ensuite rapporter aux humains :

Thétis aux pieds d'argent arrive dans la demeure d'Héphaïstos, demeure impérissable et étoilée, éclatante entre toutes aux yeux des Immortels, toute en bronze et construite par le Bancal lui-même. Elle le trouve, tout suant, roulant autour de ses soufflets, affairé. Il est en train de fabriquer des trépieds –vingt en tout- qui doivent se dresser tout autour de la grande salle, le long de ses beaux murs bien droits. A la base de chacun d'eux, il a mis des roulettes en or, afin qu'ils puissent d'eux-mêmes entrer dans l'assemblée des dieu, puis s'en revenir au logis – une merveille à voir ! Ils sont presque terminés ; les anses ouvragées, seules, ne sont pas encore en place ; il y travaille ; il en forge les attaches. Tandis qu'il peine, ainsi, en ses savantes pensées, voici que s'approche Thétis, la déesse aux pieds d'argent (Iliade, chant 18).

2 – Le trépied servait dans la vie courante à faire chauffer de l'eau et à verser le vin destiné aux banquets et les convives venaient y puiser comme dans une coupe. Il existait aussi des trépieds d'honneurs, plus ou moins décoratifs, offerts au vainqueurs des jeux ou des chœurs, qui les gardaient chez eux ou les consacraient aux divinités. Mais le plus célèbre trépied fut le trépied delphique, le siège de la mantique d'inspiration.

3 – C'est assise sur un trépied que la Pythie rendait ses oracles. Comme le temple était voué à Apollon, le trépied est devenu un des signes de la présence du dieu. C'est d'un trépied qu'Héraclès se saisit quand, à la suite du refus de lui répondre que la Pythie opposa à ses demandes, il voulut établir loin de Delphes un oracle qui ne dépendit que de lui ; mais Apollon s'interposa entre son frère en colère et sa prêtresse, et à la suite d'une intervention de Zeus, Héraclès abandonna son projet et reposa le trépied. Le trépied apparaît ainsi comme un symbole des pulsions, l'assise de l'harmonie… l'insigne de la sagesse apollonienne (DIES).

On ne saurait mieux illustrer cette interprétation que par le dessin qui figure sur une hydrie du Musée du Vatican. Le trépied repose sur deux ailes d'aigle ou de cygne ; ses anses merveilleusement soudées à la coupe ont la forme de cercles ; Apollon est asses, négligemment accoudé, son arc dans le dos et sa lyre à la main ; il traverse l'espace, peut-être se rend t-il au pays des Hyperboréens, image mythique du paradis ; ses ailes, et à fortiori celle des aigles ou des cygnes, indiquent dans la symbolique traditionnelle l'élévation de l'esprit ; les cercles, le soleil et la perfection, le nombre trois des pieds une manifestation divine ; la coupe, le réceptacle des communications célestes ; l'arc et les flèches, le soleil et ses rayons ; le lyre, l'harmonie. C'est l'image d'un merveilleux et calme envol vers l'extase et la perfection, au dessus des pensées et désirs terrestres. C'est le symbole du dieu soleil, du dieu des oracles delphiques, du dieu de la sagesse

News 2
Création le 07/06/02 Dernière mise à jour 22/01/05

Menu 3
Cosmogonie
- 1ère génération
- 2ème génération
- 3ème génération
- Cosmogonie
- Chaos
- Erèbe
- Ether
- Gaïa
- Nyx
- Théogonie
- etc...
Mortels
- Achille
- Alcyon
- Europe
- Japet
- Antigone
- etc...

Menu 4
Divers
- Bibliographie
- Dictionnaire
- Liste alphabétique
- Petites histoires
- Les amoureux
- Les poèmes
- Mythes & tragédies
- L'Iliade & l'Odyssée
- Divers